HISTOIRE

1937: Le début de l'aventure

Après presque 15 ans de collaboration avec Mario Mazzetti et MM, Alfonso Morini crée en septembre 1937 sa propre entreprise. Il ouvre ainsi une petite société via Malvasia à Bologne où, en janvier 1938, il commence à produire des triporteurs à moteur de 350, 500 et 600 cm3. Un choix dicté par les conditions de l'époque car ces trois roues d'origine motocycliste bénéficient d'avantages fiscaux, ne nécessitent pas de permis de conduire et coûtent trois fois moins que les camions. La jeune maison bolognaise commence à être connue grâce à sa fiabilité et ses bonnes performances, Pour la partie technique, il fait appel à Dante Lambertini, Gino Marchesini et Dolcino Veronesi, qui seront des personnages clés lorsque la société après la guerre se dirigera vers le domaine de la moto, abandonnant alors les triporteurs.

1946: La première moto

Bien que les bombardements aient détruit l'usine pendant la guerre, Alfonso Morini ne perd pas courage et repart de zéro. Il voit dans la 125 à 2 temps le véhicule parfait pour les besoins de l'après-guerre. La première Moto Morini apparait déjà au printemps 1946 et s'inspire, aussi pour des raisons de temps, de la meilleure des 125 de l’époque, la DKW RT. La production commence dans la nouvelle usine de via Ludovico Berti, toujours à Bologne. La 125 est la première nouvelle moto légère à être produite en Italie, alors libérée du fascisme et lorsqu’elle est présentée au salon de Milan en 1946, elle était définie par le monde du motocyclisme comme "le succès de l'année".

1947

La version sport est ajoutée à la version touristique. La puissance augmente de 4,5 ch à 5,7 ch. et la vitesse de 75 à 80 km / h. Les premières 125 se démarquent par leur qualité, leur fiabilité et leur confort (elles sont en effet équipées dès le début de la suspension arrière). La production prend fin en 1954. Avec la 125 deux temps, on commence à participer à des compétitions et à remporter les premières victoires. Umberto Mascetti débute sa brillante carrière avec cette petite moto qui donne ses premières satisfactions, notamment en 1948, lorsqu'il remporte plusieurs courses du championnat Italien de deuxième catégorie. La version pour la course possède une boîte à 4 vitesses et non plus à 3 vitesses et développe 8/9 ch. Vitesse d’environ 120 km / h.

1949

Face à la suprématie des moteurs 4 temps, Alfonso Morini se lance dans le projet d'une nouvelle moto GP, la 125 à arbre unique à chaîne. Avec un moteur compressé 9: 1 et pourvue d’un carburateur de 28 mm, elle délivre une puissance de 12 ch à 10 000 tr / min. Poids de la moto 80 kg. Outre plusieurs titres nationaux de haut niveau, il s'agit de la première Moto Morini à remporter un Grand Prix, en 1951 à Monza avec Emilio Mendogni, battant le Mv et le Mondial bialbero. Au plus fort de son développement, elle atteint les 16 ch.

1953

La 175 Settebello fait ses débuts, top de la gamme de la société bolognaise, très recherchée par ceux qui souhaitent également participer aux courses, en particulier à celles de grand fond. Ce modèle, développé de plus en plus en mode compétitif, atteint son apogée en 1962 avec la version à "Tiges Courtes" de 22 ch. à 10 500 tr / min.

1954

À la fin de l'année, le célèbre modèle 175 Settebello est construit pour la Milan-Taranto et le Motogiro d'Italie. Monocylindre avec une distribution à arbre unique dédoublé, capable d’atteindre les 22 CV à 9 000 tr / min. Elle possède un châssis très efficace - cadre à double berceau ouvert, suspensions hydrauliques supérieures - et s’avère être une gagnante lors de ces deux courses classiques de grand fond. Produite à environ 15 exemplaires, elle a également été développée en 250 cm3.

1955

L'augmentation de la production nécessite une nouvelle usine et Moto Morini déménage alors via Bergami 7, naturellement toujours à Bologne.

1957

Alfonso Morini décide qu'il est temps de participer au championnat du monde de vitesse de manière constante et le nouveau projet pour une 250 cm3 GP est développé par Nerio Biavati, ancien bras droit du technicien Alfonso Drusiani au département des courses Mondial. Confiée ensuite à Mendogni, elle remportera la coupe Shell à Imola en 1959, mais ne pourra plus, par la suite, contrer les MV. La sortie de scène de la 125 deux temps ne laisse pas le choix à Moto Morini qui doit alors combler le fossé qui la sépare du secteur de marché le plus populaire. Après avoir écarté l’hypothèse d’une réduction de cylindrée du monocylindre 175, il est décidé d’aborder un nouveau projet plus moderne et rationnel, aussi afin de réduire le nombre de composants et de limiter ainsi les coûts de production. C’est comme cela que nait la joyeuse 100 – cylindrée alors toujours en vogue - qui servira de base deux ans plus tard à la naissance de la Corsaro 125.

1964

Angelo Bergamonti (18 mars 1939 - 4 avril 1971) est un autre grand pilote qui a associé son nom à Moto Morini. C’est un admirateur des essais avec lesquels il partage de nombreuses affinités: la passion et le respect de la mécanique, le tempérament, la recherche d'un style de conduite. Il fait ses débuts en 1957 parmi les cadets avec une 175 Settebello et, après une pause de quelques années due aussi à son mariage, il reprend en 1964 en tant que junior, toujours avec la Morini 175 qu'il prépare dans son atelier de Gussola. En 1966, il est senior, il court avec la Corsaro 125 et avec la glorieuse 250 Bialbero ex moto d’essais, il offre à Moto Morini la victoire au championnat italien de 1967.

1965

Les exportations vers les États-Unis commencent grâce à l'importateur John Berti. Naissent alors des modèles aux spécificités différentes de ceux en vente en Italie et les noms changent également: par exemple, le Corsarino devient Pirate et Twister, et la Corsaro, toujours selon la version, est appelée Thunder Chief, Jaguar, Hurricane.

1966

Bien que la première 125 régularité apparaisse en 1962, dérivée du modèle pour route dont elle se démarque pour certains petits détails, il faut attendre la fin de 1965 pour voir la toute première Corsaro tout-terrain. Dès 1966 les victoires s’enchainent: en 125, Moto Morini remporte les Deux Jours de Bologne, la Vallée de Bergame et le trophée de régularité. En plus de cela, Franco dall’Ara remporte en individuel la médaille d'or aux Six Jours, la compétition internationale en Suède. Toujours en 1966, les 150 (142,6 cm3) rejoignent les 125, suivies un an plus tard de la 100 cm3 (98,1 cm3), lorsque toutes les motos sont équipées d'un nouveau cadre à double berceau fermé avec une colonne verticale en tôle estampée, construit par le spécialiste Ronzani, également associé à de nouvelles suspensions et à un moteur révisé pour ce qui concerne la distribution et la transmission. Cette Corsaro permet à Dossena, Collina et Gritti de remporter le championnat italien en classes 100, 125 et 175 ainsi que 4 médailles d'or à la Six Jours et 3 victoires aux Deux Jours de Bologne. En 1968, on améliore encore la moto. Le monocylindre de plus grande cylindrée passe à 153,1 cm3 pour avoir plus de couple et de puissance. Les succès continuent en Italie tout comme à l'étranger. Lors des Six Jours à San Pellegrino, 19 Moto Morini sont inscrites et 15 arrivent sur la ligne d'arrivée, remportant 7 médailles d'or, 3 médailles d'argent et 5 médailles de bronze. Rottigni remporte les Deux Jours de Bologne et le championnat national en classe 100, tandis que Collina remporte celui des 125. À l'hiver 1968-1969, le châssis de Ronzani est renforcé. Le restyling (voir photo ci-dessus) comprend l'esthétique avec un réservoir différent (à déverrouillage rapide) équipé de genouillères et d'un compartiment à outils, tandis que le moteur est équipé d'une boîte à 5 vitesses. Dès 1968 on voit apparaitre la fourche raffinée Bonazzi & Gambetta, avec en exclusivité ses bouchons d'aération. Parmi les résultats de 1969, nous pouvons rappeler la victoire en championnat italien de la 100 de Signorelli et de Gritti en 175. En 1970, Gritti remporte à nouveau la 175 et Oldrati la 125. Également au cours des Six Jours d’Espagne, les trois équipes italiennes (une en trophée et deux en vase) courent toutes avec une Morini, avec un moteur mis à jour, avec une fourche Ceriani et, sur 6 motos, un cadre expérimental Verlicchie. Sur les 22 Corsaro inscrites, 19 clôturent la course avec 16 médailles d'or, 2 d'argent et 1 de bronze. Ces spécimens forment la base de la nouvelle et dernière version de 1971, à laquelle s'ajouteront les 165 (163,9 cm3) à la place des 160.

1975

Au début de l'année, la Corsaro est remplacée par la 125 h, avec un moteur dérivé en grande partie de la 3 1⁄2. Il s'agit de la plus moderne des 4 temps, avec quelques pépites comme l'allumage électronique et la boîte à 6 vitesses. Elle bénéficie tout de suite en plus du frein à disque avant de 260 mm, le même que sur la 3 1/2. Avec 13,75 cv à 9 000 tr / min, elle parvient à atteindre 125 km / h. La 125 quitte la scène en 1985, laissant à la KJ 125 enduro la responsabilité de représenter Morini parmi les motos pour les plus de 16 ans.

1977

Depuis 1975, Morini travaille sur la nouvelle 500 pour routes, présentée comme modèle définitif au salon de Milan en 1977. Le moteur monte en gamme à 478,5 cm3 (69x64 mm), puissance à 43 cv à 7 500 tr / min, vitesse à 175 km / h. Un an plus tard, avec une intervention uniquement sur l’esthétique, la version sport prend le jour. En 1981, les moteurs sont équipés d'une boîte à 6 vitesses. En 1978 c’est aussi l'excellente 250 bicylindres (59 x 43,8 mm = 239,5 cm3), qui fait ses débuts avec ses 25 cv à 9 000 tr / min et à 140 km / h, et qui se vend bien, surtout à l'étranger. Ci-dessous, la gamme de 1977, qui comprend également la 250 monocylindre à 18,5 cv.

1986

Après avoir acheté Ducati en 1985, Cagiva fait un pas de plus et fin 1986, achète pour 4,5 milliards de lires à Gabriella Morini la marque et l'usine de via Bergami. Moto Morini compte alors 86 employés, un chiffre d'affaires d'environ 20 milliards de lires, aucune dette, un bon réseau commercial et même un nouveau moteur, prêt à être industrialisé. Avec l’arrivée de la direction Cagiva des frères Castiglioni, «l’enthousiasme était encore vif: nous avons alors préparé cinq prototypes de nouveaux modèles, dont une enduro, pour montrer notre valeur - rappelle le designer Franco Lambertini - et même quand ils nous ont transformés en une ingénierie nous avons continué à travailler avec passion. En outre, le nouveau moteur de 720 cm3 donnait au banc d’essai une puissance de 85 cv à 7 200 tr / min et sa production aurait coûté peu, à mon avis un million de lires de moins qu’un moteur Ducati. À mon avis, les Ducati ont eu peur de cela et ils nous ont stoppés ».

1987

En février 1987, le nouveau moteur est terminé. Cette année-là, en plus de 2 000 Moto Morini, on fait aussi 1000 Husqvarna et autant de Ducati. Puis la société est transformée en ingénierie, l’assemblage est déplacé chez Ducati jusqu’en 1990, lorsque l’usine de via Bergami est fermée et la production de modèles personnalisés confiée à Schiranna. En 1992, les derniers exemplaires d'Excalibur et de New York sont montés chez Agostini Moto.

1999

La société de moteurs Franco Morini, fondée en 1954 par le neveu d'Alfonso Morini et basée à Casalecchio di Reno, près de Bologne, achète la marque Moto Morini à la Ducati, tandis que les pièces détachées et les prototypes encore présents à Borgo Panigale sont vendus à des particuliers et à des collectionneurs.

2003

Maurizio Morini, fils de Franco et depuis plusieurs années aux commandes de la société de moteurs, associe la famille Berti au projet de relance. C’est ainsi que prend naissance la Moto Morini spa avec Lambertini à la tête du bureau technique.

2005

C'est l'année de la reconquête. Les nouvelles motos Corsaro 1200 (1 187 cm3 et 140 cv) et 9 1/2 (948 cm3 et 17 cv) forment un projet novateur de Lambertini, tandis que le design est soigné par Luciano Marabese. Le nouveau moteur est un bicylindre en V de 87 °, à 4 soupapes, à injection électronique et à boîte de vitesses à 6 rapports. Cadre en treillis tubulaire.

2007

En plus de la Corsaro rapide 1200, équipée de solutions cyclistes plus sophistiquées, font leurs débuts la Scrambler 1200 et la maxi-enduro Granpasso 1200. La famille Morini possède maintenant le contrôle total de la société.

2010

Moto Morini est en difficulté et est mise en liquidation judiciaire avant d'être déclarée en faillite par le tribunal de Bologne le 17 mai 2010. Le syndic de faillite fait relancer la production avec une série limitée de Granpasso et Scramblers assemblées avec les pièces restées en stock. Le 19 juillet 2011, Moto Morini est rachetée par deux sociétés italiennes, dirigées par Sandro Capotosti et Ruggeromassimo Jannuzzelli. En 2012, la production repart.

2013

À l'expiration de l'accord d'utilisation de l'usine de Casalecchio, Moto Morini déménage dans la province de Pavie, à Trivolzio, tout près de Milan.

2015

La propriété passe entièrement à la famille Jannuzzelli. C'est ainsi que commence un processus de développement des motos pour la mise en conformité aux normes Euro 4, suivi de la création de nouveaux modèles, avec la naissance de la fougueuse Corsaro ZZ, de la Corsaro ZT et de la fascinante Milano.

2018

En octobre 2018, la société changé de mains et rejoint le Zhongneng Vehicle Group qui a pour objectif de consolider et de renforcer la position prestigieuse de la société à l’aigle doré mettant en place des investissements importants aussi bien sur les modèles actuels et que sur les nouveaux, même de cylindrées différentes afin d’élargir la gamme Morini et d’accroître sa présence sur le marché.

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

BACK TO TOP

MOTO MORINI s.r.l. con socio unico - Via Giovanni Beri, 24. 27020 Trivolzio (PV) Italia - Cap. Soc. € 20.000,00 i.v. - R.E.A. PV-282365 - C.F. / P. I. 07500980961